Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Bosch n’abandonne pas le Diesel

Bosch n’abandonne pas le Diesel

Alors que plusieurs villes européennes convergent vers le bannissement des motorisations Diesel en faveur de l’électrique, Bosch ne souhaite pas abandonner la combustion et dénonce une diabolisation de cette technologie.

 

La ville allemande de Stuttgart, le "berceau de l’automobile", foyer de Bosch, Mercedes et Porsche, a pris un tournant considérable en confirmant son intention de bannir à compter du 1er janvier 2018 les véhicules Diesel non conformes à la norme Euro6 durant les pics de pollution. Car la sixième plus grande ville d’Allemagne en est aussi la plus polluée. Les taux de particules fines de la ville située dans une vallée dépassent régulièrement les normes imposées. Cependant, s’attaquer au Diesel dans ce fief de l’industrie automobile qu’est Stuttgart a bien une valeur symbolique, et ces interdictions pourraient alors prendre effet dans d’autres régions du pays, alors que des villes européennes comme Paris ou Londres accélèrent dès à présent les discussions.

 

Au centre des polémiques suite aux moteurs truqués Volkswagen, Bosch ne souhaite néanmoins pas délaisser cette technologie, toujours prometteuse en termes de performances et de propreté, selon l’équipementier. "La créativité de nos ingénieurs ne doit pas être limitée à une seule technologie pour des raisons politiques", a dénoncé Volkmar Denner, président du directoire du groupe allemand, lors de la conférence annuelle de Bosch se tenant près de Stuttgart. Le numéro un de l’entreprise aux 390000 salariés a ainsi insisté lors du rassemblement sur le fait que l’avenir de l’automobile doit être écrit conjointement entre l’industrie, la sphère politique et la société.

 

Chez le groupe allemand, on ne se fait toutefois pas d’illusions sur le fait que l’électrique devrait, dans le futur, remplacer peu à peu les moteurs à combustion, c’est pourquoi Bosch mise sur ces solutions, à l’image du probable lancement de l’entreprise dans la production de batteries. Toujours est-il qu’aujourd’hui, l’activité Diesel du groupe n’emploie pas moins de 50000 personnes dans le monde, dont 15000 en Allemagne. Voilà une raison pour laquelle Volkmar Denner préfère miser sur le développement des technologies de moteurs à combustion "eco-friendly", qui font bien toujours partie de l’avenir de la marque, en parallèle du développement des innovations de mobilité électrique.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault : Fabrice Cambolive va remplacer Bernard Cambier

La région Afrique, Moyen-Orient, Inde aura un nouveau directeur le 1er juillet prochain. En effet, Bernard Combier va quitter Renault et sera remplacé par Fabrice Cambolive, jusqu'ici président de Renault

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page