Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Ghosn va-t-il se mettre en marche ?

Carlos Ghosn et Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, lors de l'inauguration de la ligne de production du Trafic à Sandouville.

Ghosn va-t-il se mettre en marche ?

Depuis Tokyo, le patron de l'Alliance est revenu sur l'élection d'Emmanuel Macron et plus largement sur la mondialisation, qui doit être mieux expliquée selon lui.

 

(AFP)

Le patron de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a salué mardi à Tokyo l'élection à la présidence française du candidat libéral Emmanuel Macron, et appelé à mieux défendre la mondialisation face à la montée du protectionnisme.

 

"C'est un Européen convaincu, favorable aux entreprises, prêt à encourager la compétitivité, autant d'éléments de nature à rassurer le monde des affaires", a-t-il déclaré à l'occasion d'un événement organisé par le Wall Street Journal. Carlos. Ghosn n'a pas souhaité s'exprimer sur l'éventuel impact sur son empire d'une présidence Macron, alors que ce dernier, lorsqu'il était ministre de l'Economie, avait voulu accroître l'influence de l'Etat actionnaire au sein de Renault en 2015, un coup de force qui avait déplu au P-dg de l'alliance. A l'époque, "il faisait partie d'un gouvernement dont il devait appliquer la politique, il est maintenant président, c'est différent", a souligné Carlos Ghosn. "De toute évidence, il est trop tôt pour juger ou évaluer ce qui va se passer."

 

Carlos Ghosn, qui chapeaute des constructeurs automobiles français, japonais et russe, a aussi évoqué les poussées protectionnistes à l'œuvre sur la planète. "Quand vous examinez les faits sur ce que la mondialisation a apporté à l'humanité, il est difficile de nier que cela a été une tendance très positive", a-t-il argué. Mais "cela n'a pas été parfait, il y a eu des excès, et je pense que c'est une incitation à agir, à comprendre pourquoi nous avons ce retour de bâton dans certains pays, et ce que nous devons corriger". "Nous devons défendre, expliquer et vendre la mondialisation beaucoup plus que ce que nous avons fait jusqu'à présent", a-t-il insisté.

 

Interrogé sur le Brexit, le P-dg a dit "n'avoir aucune idée de comment cela allait se terminer". Après avoir obtenu des garanties – non publiées – du gouvernement britannique, il avait donné en octobre 2016 son feu vert à de nouveaux engagements sur son site de Sunderland (nord-est de l'Angleterre), mais l'avenir reste totalement incertain. "C'est un investissement européen basé au Royaume-Uni, donc toute modification dans la relation entre le Royaume-Uni et l'Europe aura un impact pour nous", a-t-il prévenu.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault : Fabrice Cambolive va remplacer Bernard Cambier

La région Afrique, Moyen-Orient, Inde aura un nouveau directeur le 1er juillet prochain. En effet, Bernard Combier va quitter Renault et sera remplacé par Fabrice Cambolive, jusqu'ici président de Renault

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page