Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel Insignia Sports Tourer : Charme utile

Opel Insignia Sports Tourer : Charme utile

Le JA, en partenariat avec Autovista, vous fait découvrir en exclusivité les valeurs futures sur le marché de l'occasion d'un modèle récemment lancé. Quelques mois après la berline, l'Insignia se décline en break sans perdre aucune de ses qualités. De quoi venir jouer les trouble-fêtes sur un segment assez conservateur jusqu'ici.

 

Comme la berline Grand Sport lancée en juin, l'Insignia Sports Tourer rappelle clairement qu'Opel est entré dans une nouvelle ère. Bien avant le rachat par PSA officiel depuis le 1er août. Cette dernière production 100% Rüsselsheim-GM, après quatre-vingt-huit ans passés dans le giron de l'Américain, vient confirmer les bienfaits du vaste plan d'investissements de 5 milliards que la marque avait lancé en 2014.

 

Après l'Astra, l'Insignia berline, voici donc le break. L'héritier d'une longue tradition puisque l'Olympia Rekord Caravan avait ouvert la route en 1953. L'Ascona Voyage de 1970 sera un autre modèle emblématique creusant le sillon du break de chasse. Plus proche de nous, la génération précédente de l'Insignia Sports Tourer (2009-2017) rappelle aussi que cela peut être un succès avec plus de 400000 ventes enregistrées. En France, L'insignia a dépassé les 44000 immatriculations et, sur l'ensemble de la génération, le break a représenté 15640 unités, soit 35,5% du volume global. Cette part a varié au fil des années pour connaître son apogée en 2014 avec 48,8% des ventes du modèle. En attendant la version Country Tourer, la baroudeuse présentée lors du dernier salon de Francfort, revenons sur ce Sports Tourer.

 

Encore plus d'espace

 

Reposant sur la dernière plateforme Epsilon 2 (E2), cette nouvelle génération est jusqu'à 200kg plus légère. Rien que la caisse accuse 75kg de moins sur la balance. Une cure au service du plaisir de conduite et de l'efficience. Ainsi, la gamme Diesel affiche des émissions allant de 112 à 166g/km avec des moteurs (1.6 et 2.0) offrant des puissances de 110 à 170ch. Les émissions de la gamme essence, offrant de 140 à 260ch, s'échelonnent de 133 à 199g/km.

 

Les motorisations les plus puissantes sont associées à une BVA 8 rapports (Aisin) et la transmission intégrale avec un différentiel Twinster permettant une répartition vectorielle du couple sur le train arrière. Le petit bloc Diesel 1.6 136ch peut, lui, être associé à une BVA6. La suspension pilotée FlexRide, avec ses trois modes, reste au programme. Mais un break de style doit faire la place belle aux volumes. En la matière, les progrès sont notables avec un habitacle plus généreux où plus de 2cm sont gagnés sur toutes les cotes, et avec un coffre (variant de 560 à 1665 litres) qui offre 130 litres de plus.

 

Plus qu'un généraliste

 

L'Insignia Sports Tourer ne manque pas d'atouts, mais le principal est peut-être son style. En effet, les lignes du modèle laissent apparaître des aspirations Premium. Il faut dire que la filiation avec le concept Monza, dévoilé en 2013 à Francfort et souvent présenté comme l'inspirateur des Opel actuelles, est bel et bien visible avec cette baguette de chrome qui habille la ligne de toit courant du montant A jusqu'à se mêler aux feux arrière. Le chapitre équipements n'est pas en reste et peut lui aussi rivaliser avec des modèles plus huppés.

 

Opel revendique toujours son positionnement de généraliste tout en voulant démocratiser certaines technologies. La liste est longue : le siège conducteur avec massage et ventilation, les sièges arrière chauffants, le volant chauffant ou encore le pare-brise chauffant, qui peuvent être considérés comme des équipements n'étant pas l'apanage des généralistes. Autre exemple, les sièges AGR ne sont pas une simple ligne dans le catalogue des options puisqu'ils sont choisis dans 70% des cas par les clients français (74% en Europe). De la même manière, l'éclairage intelligent Intellilux LED avec ses 32 LED sur l'Insignia (16 LED sur l'Astra) équipe 60% des modèles qui proposent l'option en France (70% en Europe). Puis il y a bien sûr OnStar et ses services qui sont devenus l'une des caractéristiques des Opel actuelles.

 

Christophe Jaussaud

 

 

 

Etude des valeurs futures de :

Opel Insignia Sports Tourer 1.6 CDTI Ecotech Innovation : 34 050 euros

 

Mois

KM

Valeur vente (en %)

Valeur vente (en euros)

12

20 000

66,10

22 515

24

40 000

59,00

20 087

36

60 000

52,40

17 857

48

80 000

46,50

15 822

Source Autovista

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Cartes grises : le casse-tête des pros

Avec la dématérialisation des démarches administratives, le simple acte d'immatriculer des véhicules achetés à l'étranger s'avère être un véritable parcours du combattant pour les spécialistes

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

Zanzicar : la plateforme digitale du groupe Parot est née !

L'opérateur bordelais a dévoilé ce matin les contours de sa plateforme de vente en ligne de VO. Celle-ci est appelée à casser les codes du marché de la seconde main et doit écouler 15000 unités

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page