Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
CES 2018 : ce que révèle l'e-Palette de Toyota

CES 2018 : ce que révèle l'e-Palette de Toyota

Toyota a débarqué à Las Vegas avec un concept de navette autonome baptisée "e-Palette". Un nom utilisé par ailleurs pour désigner une alliance avec des partenaires, dont Mazda et Uber.

 

Impossible de distinguer la proue de la poupe. La navette de Toyota a tout d'un véhicule autonome de niveau 5. Introduit ce 8 janvier 2018, le concept e-Palette représente une partie de l'avenir du groupe japonais dès lors qu'il explore les pistes du futur de la mobilité, selon le principe de l'Autono-MaaS, soit la mobilité autonome "as-a-service".

 

Destiné de facto à un marché B-to-B, l'e-Palette Concept innove en s'ouvrant aux tiers. Toyota va en effet permettre à ses clients d'implémenter leur propre logiciel de conduite automatisée, afin de l'adapter au mieux aux problématiques de leurs modèles d'affaires respectifs. Mais le constructeur se garde néanmoins d'être réduit à un simple "fournisseur de carrosserie". Le logiciel intégré d'origine à la navette, mis au point et certifié par Toyota, demeurera comme l'ultime sécurité, en sous-couche.

 

Il y a aura un effet de gamme. Toyota a présenté trois tailles de navettes, allant de 4 à 87m environ et reposant sur deux à quatre essieux. Cela doit faciliter la flexibilité entre les sociétés de transport de personnes et de biens. Les premiers tests doivent avoir lieu en 2020, à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, avant de s'étendre aux Etats-Unis.

 

Une alliance stratégique

 

Derrière le concept e-Palette, il y a une alliance du même nom, un écosystème naissant. Elle trouve son origine dans l'annonce, en 2016, de la création de la plateforme de services de mobilité de Toyota (MSPF). Le constructeur invitait alors des partenaires à le rejoindre, dans l'optique de fonder un groupe en mesure de fournir des solutions matérielles et logicielles relatives à la mobilité du futur.

 

Dans cette veine, Toyota a annoncé la signature d'un premier ensemble de contributeurs. Lors du CES, Akio Toyoda, le président, a dévoilé une liste sur laquelle figurent les noms de Mazda, Uber, Amazon, DiDi et Pizza Hut. Tous ces groupes d'envergure ont cofondé l'e-Palette Alliance et devraient compter parmi les premiers bénéficiaires du véhicule autonome du Japonais, dans le cadre d'essais, de définition de modèles économiques et de planification produit.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Marc Bruschet, président du GNCO, est confiant quant à l'intégration de la marque allemande dans le giron du constructeur français même si certains points comme la nouvelle grille de rémunération

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page