Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW bientôt majoritaire dans sa coentreprise en Chine

Le groupe BMW va prendre le contrôle de sa coentreprise avec Brilliance pour 3,6 milliards d'euros. Sa part passera de 50 à 75 %.

BMW bientôt majoritaire dans sa coentreprise en Chine

A l'occasion du quinzième anniversaire de sa JV en Chine avec Brilliance, BMW a annoncé qu'il allait prendre le contrôle, mais pas avant 2022, de cette coentreprise en passant de 50 à 75 % du capital.

 

BMW a annoncé jeudi 11 octobre qu’il allait prendre le contrôle de sa principale coentreprise en Chine pour 3,6 milliards d’euros. Le constructeur allemand va porter de 50 % à 75 % sa part dans sa coentreprise avec Brilliance China Automotive. L’opération devrait être finalisée en 2022 lorsque le plafonnement des participations étrangères dans toutes les coentreprises du secteur automobile sera supprimé.

 

Cette initiative va probablement amener BMW à transférer une plus grande partie de sa production vers la Chine, ce qui pourrait gonfler son bénéfice alors que le conflit commercial entre Washington et Pékin a renchéri le coût de ses véhicules destinés au marché chinois et assemblés dans son usine de Caroline du Sud. Cette annonce marque aussi une étape importante pour les constructeurs étrangers, contraints jusqu’à présent de partager les bénéfices réalisés en Chine avec leurs partenaires locaux.

 

"Nous entrons aujourd’hui dans une nouvelle ère", a dit le président du directoire du groupe BMW, Harald Kruger, dans un discours à Shenyang, ville du nord-est de la Chine où est basée la coentreprise. Il a remercié le Premier ministre chinois, Li Keqiang, pour avoir "personnellement appuyé" ce projet.

 

Pékin cherche à inciter les constructeurs étrangers à investir davantage en Chine. La règle limitant à 50 % les participations étrangères dans le secteur des voitures électriques a ainsi été assouplie dès cette année. L’Américain Tesla en a déjà profité en obtenant l’autorisation de contrôler entièrement une entreprise basée à Shanghaï, chargée de l’assemblage et de la commercialisation de ses véhicules en Chine.

 

"Etant donné le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, il y a une puissante incitation pour les constructeurs à construire les véhicules là où ils les vendent", dit James Chao, analyste du secteur automobile. Selon lui, la prise de contrôle de sa coentreprise pourrait conduire BMW à transférer la fabrication de modèles comme les SUV X4, X5 et X6, actuellement assemblés aux Etats-Unis, vers la Chine.

 

La coentreprise BMW Brilliance Automotive (BBA) prévoit d’investir plus de 3 milliards d’euros dans l’extension de son site de production, a dit Harald Kruger. L’accord de coentreprise a en outre été prolongé jusqu’à 2040, contre 2028 jusqu’à présent, a ajouté le constructeur allemand. Après avoir produit au moins 400 000 véhicules en 2017, les usines de BBA devraient voir leur production graduellement augmenter jusqu'à 650 000 unités par an au début de la décennie 2020.

 

L’initiative de BMW va probablement servir d’exemple à d’autres grands constructeurs automobiles, prédit Yale Zhang, patron du cabinet spécialisé Automotive Foresight. "D’autres suivront avec le temps, mais les modalités du divorce dépendent de la force et des capacités du partenaire local", dit-il. Certains constructeurs comme Daimler ou Honda ont déclaré cette année ne pas prévoir dans l’immédiat une modification de la structure de leurs coentreprises en Chine malgré les assouplissements réglementaires. (avec Reuters)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les groupes Lamirault et Schumacher se rapprochent !

Nouveau coup de tonnerre dans le secteur de la distribution automobile : les groupes d'Olivier Lamirault et d'Edouard Schumacher viennent d'annoncer, ce mardi 16 octobre, leur volonté de construire un projet

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page