Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Geoclic à la relance avec sa V3

Geoclic à la relance avec sa V3

Fin de la période d'accalmie chez Geoclic Solutions. L'éditeur a placé la rentrée sous le signe du renouveau, en démarrant la phase commerciale de sa troisième génération de plateforme de gestion de flottes.

 

Géoclic Solutions sort les muscles. Après une période de discrétion médiatique, l'éditeur de plateforme de gestion de flottes revient avec une version renforcée de son service. Et la raison en est simple, cette troisième génération s'est fixé comme objectif de départ d'élargir sa cible de clients en ajoutant des fonctionnalités, dans un contexte qui voit les cadors prendre leurs aises sur le marché.

 

La liste s'étend donc à la gestion de l'accidentologie et des sinistres, ce qui est intimement lié à l'intégration des modules d'éco-conduite et d'analyse comportementale, qui comprend désormais une cartographie référençant les vitesses légales par tronçon de route. Geoclic a aussi prévu un tableau de bord d'état du parc en temps réel. Une interface, qui s'étend à l'historique des véhicules, dont la gestion de l'entretien, des contrats de location, des attributions et des contraventions.

 

La société, sous contrat avec des références telles que le groupe PSA, Vinci, UPS ou encore les Transports Guidez et AltéAD, a justement pris le parti de se lancer sur le créneau des poids lourds et des engins de chantier. Une incursion qui rime là également avec cette volonté d'ouverture à un panel élargi de clients.

 

Pour le chauffeur, le téléphone portable restera la clé d'accès au service. Géoclic a rendu sa plateforme compatible avec tous les systèmes d'exploitation (OS) et tous les navigateurs Web. Un service en ligne qui permettra, par ailleurs, d'effectuer tous les imports/exports d'information nécessaires aux gestionnaires.

 

Aspirant au nouveau projet de Renault, Geoclic n'a pu franchir les barrières à l'entrée. Toutefois, l'entreprise spécialisée dans les petites et moyennes flottes continue de lorgner les grands constructeurs. Elle fait de la signature d'accords avec des OEM l'une de ses priorités absolues. Un axe de développement en passe de se concrétiser. Selon Eric Felix, le fondateur, un des acteurs majeurs du VUL en Europe pourrait bientôt valider la technologie de Géoclic pour son best-seller.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les concessionnaires peinent toujours à récupérer l'argent des primes à la conversion

Le gouvernement traîne toujours des pieds pour rembourser les distributeurs de l'avance réalisée pour les primes à la conversion. Pourtant, fin septembre 2018, 85 millions d'euros avaient été débloqués.

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page