Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
L'Espagne accuse un retrait de 12,6 % en novembre

L'Espagne accuse un retrait de 12,6 % en novembre

Le marché espagnol a dévissé en novembre 2018. Il a totalisé 91 063 véhicules, soit 12,6 % de moins que l'an passé. Le WLTP n'est pas étranger à cette situation.

 

Il n'y a pas que la France qui pâtit des achats anticipés de l'été. En Espagne aussi, l'effet des immatriculations liées à l'entrée en vigueur du WLTP continue d'agir sur les immatriculations de VN. Selon l'Anfac, l'association des constructeurs, le marché automobile espagnol a chuté de 12,6 %, en novembre 2018, totalisant 91 063 unités, à nombre de jours ouvrés comparables.

 

Mais la norme des émissions n'est pas la seule en cause. Le pays a connu un incident technique du système d'immatriculations, durant les derniers jours du mois de novembre et souffre des incertitudes qui pèsent sur le marché d'une manière générale.

 

Ce sont d'ailleurs les canaux des entreprises et des loueurs qui ont enregistré le retrait le plus remarquable. Avec 29 327 unités au compteur, les entreprises ont réduit la voilure de 12,3 % par rapport à novembre 2017. Les loueurs sont allés plus loin puisque les immatriculations ont perdu 28,4 %, à 6 055 véhicules. Quant aux ventes à particuliers, elles ont fondu de 10,6 %, à 55 681 immatriculations.

 

Au cumul des onze mois, le marché espagnol s'établit à 1 222 147 livraisons, soit en progression de 8 % par rapport à l'exercice 2017. Sur la période, le marché des particuliers croît de 5,2 %, à 609 169 unités, quand celui des loueurs gagne 5,8 %, à 226 623 unités. L'Espagne connaît en réalité un véritable dynamisme sur le canal des entreprises qui enregistre une accélération de 14 %, à 386 155 véhicules livrés.

 

En termes de mix produit, l'Espagne écoule 21,7 % de SUV de taille moyenne (soit 265 231 unités), en gain de 21,7 % en comparaison à l'an passé. Les citadines pèsent 20,6 % des immatriculations, avec 252 217 unités, en croissance quasi nulle (+0,2 %). Après onze mois, ce sont en réalité les utilitaires qui dominent à la sortie des concessions. Selon les chiffres de l'Anfac, ils cumulent 21,9 % de pénétration, soit autant que l'an passé au même point de passage. La palme de la progression revient sans surprise aux petits SUV, dont les ventes ont gagné 39,4 %, à 181 009 exemplaires, soit une part du marché de 14,8 %.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le procès entre Glinche Automobiles et Peugeot est relancé

Accusée de revente hors réseaux de véhicules Peugeot, la société Glinche Automobiles, opposée à la marque au lion, vient de démontrer par constat d'huissier qu'Aramisauto faisait de même. Le procès

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page