Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le marché britannique continue de baisser

Malgré une dixième place en novembre 2018, la Vauxhall Corsa demeure le troisième modèle le plus vendu depuis le début de l'année.

Le marché britannique continue de baisser

Les ventes de voitures neuves au Royaume-Uni ont reculé de 3 % en novembre 2018. Depuis le début de l'exercice, la baisse est de 6,9 %.

 

Après des chutes de 20,5 % en septembre et 2,9 % en octobre, les immatriculations ne se sont pas redressées en novembre 2018. Avec 158 639 voitures neuves écoulées sur le mois, le marché britannique recule de 3 %, selon les chiffres de l'Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT).

 

Les ventes de voitures diesel ont continué de souffrir en novembre, avec une chute de 16,7 %, que n'ont pas pu compenser une légère hausse de 3,5 % des ventes de voitures à essence et un bond de 24,6 % des véhicules électriques et hybrides. La baisse des immatriculations a concerné les particuliers (-6,4 %) et à un degré moindre les entreprises (-0,7 %).

 

Le véhicule le plus vendu en novembre a été la Ford Fiesta, devant la VW Golf, la Mercedes Classe A de Mercedes et le Nissan Qashqai.

 

Sauf surprise, les ventes de voitures au Royaume-Uni devraient avoir reculé sur l'ensemble de 2018, puisque sur les onze premiers mois de l'année, elles affichent un repli de 6,9 %, à 2,22 millions de véhicules.

 

Mike Hawes, le directeur général du SMMT, espère toutefois qu'"au moment où les contraintes sur l'offre s'apaisent et avant l'arrivée de nouveaux modèles dans les prochains mois, les acheteurs vont avoir un large choix de voitures essence, diesel et électrique".

 

Il ajoute toutefois qu'il est "crucial" qu'un accord sur le Brexit soit validé afin que les consommateurs reprennent confiance. Le texte négocié entre Londres et Bruxelles va passer son principal test avec un vote à haut risque au Parlement britannique mardi prochain, le 11 décembre.

 

Lors de son dîner annuel la semaine dernière, le SMMT avait averti qu'un Brexit sans accord constituerait une "catastrophe" pour le secteur, très dépendant de l'UE, avec des fermetures d'usines et des pertes d'emplois. (avec AFP)

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le procès entre Glinche Automobiles et Peugeot est relancé

Accusée de revente hors réseaux de véhicules Peugeot, la société Glinche Automobiles, opposée à la marque au lion, vient de démontrer par constat d'huissier qu'Aramisauto faisait de même. Le procès

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page