Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Daimler confirme la suppression de milliers d’emplois

Au moins 10 000 emplois seront supprimés en trois ans.

Daimler confirme la suppression de milliers d’emplois

La maison mère de Mercedes-Benz annonce un nombre « à 5 chiffres » de postes supprimés. Daimler espère pallier ainsi les coûts investis pour électrifier son offre.

 

Alors que le patron du groupe, Ola Källenius, avait confirmé un plan de rationalisation des coûts, le 14 novembre dernier à Londres, Daimler annonce la suppression a minima de 10 000 postes dans le monde à l’horizon 2022.  Pour ce faire, la maison-mère de Mercedes-Benz entend ne pas remplacer les départs notamment à la retraite, d’une part, et mettre en place un programme de départs volontaires, d’autre part.

 

Si le constructeur, qui compte 304 000 employés dans le monde, donnera les détails de son plan de suppression d’emplois dans les prochaines semaines, il annonce d’ores et déjà que les départs concerneront surtout les fonctions administratives. Premiers postes visés par la réduction d’effectif, ceux inhérents aux fonctions d’encadrement. Daimler prévoit d’enrayer 10 % d’entre eux, soit 1 100 postes en moins au total.  

 

Le douloureux passage à l’électrique

 

A l’instar d’autres constructeurs -dont Audi qui a annoncé le 26 novembre dernier une réduction de ses effectifs à hauteur de 9 500 postes d’ici 2025- l’électrification coûteuse de son offre enjoint Daimler à réaliser des économies structurelles. Grâce à son plan de réduction des coûts, qui touchera toutes les branches du groupe, Daimler espère économiser 1,4 milliard d’euros pour pallier les investissements élevés induits par la transition vers une mobilité décarbonée. En outre, le constructeur prévoit de réaliser des économies des coûts du matériel pour ses utilitaires et poids-lourds, ce qui dégagera une enveloppe supplémentaire de 250 millions d’euros.

 

Malgré un bénéfice net en progression lors du 3e trimestre 2019, Daimler se veut prudent à l’orée de la mise en place du durcissement des normes de CO2 imposées par l’Union Européenne. En effet, bien que le constructeur a lancé un vaste programme d’électrification de son offre, Ola Källenius a émis, à l'occasion de l'IAA 2019, des réserves quant à la possibilité de ne pas payer d’amendes, en cas de dépassement des seuils autorisés, en 2021.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vers une révision en 2021 des objectifs européens de CO2 des constructeurs

La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von Der Leyen, a présenté son Pacte vert contenant des mesures en faveur de la neutralité climatique de l'Europe à l'horizon 2050. Et l’automobile

Le conseil d'administration de Renault choisit Luca de Meo

Le constructeur français souhaite que Luca de Meo, actuel patron de Seat, soit son futur directeur général. Le conseil d'administration, réuni le 10 décembre 2019, s'est prononcé en ce sens.

Gérard Detourbet nous a quittés

Gérard Detourbet, considéré comme le père de la gamme low cost du groupe Renault avec les modèles Logan, Sandero, Duster ou Kwid, est décédé à l'âge de 73 ans. La nouvelle a été annoncée,

Paul Kroely inaugure son site Mercedes de Metz

Le groupe originaire d'Alsace-Lorraine a inauguré, le 5 décembre 2019, son nouveau site Mercedes de Metz (57). Véritable fleuron du groupe dirigé par Paul Kroely, il devient la référence du programme

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page