Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les 10 points marquants du marché auto en novembre 2019 : période trouble

Les 10 points marquants du marché auto en novembre 2019 : période trouble

Le marché français du VP neuf s'annonce bel et bien stable : voici ce qu'indiquent les chiffres. Difficile toutefois de porter un regard clair sur les performances des constructeurs, tant les variables influençant leurs résultats sont nombreuses.

 

0,65 % : la faible hausse du marché français du VP neuf en novembre 2019, en données brutes. Ce résultat mitigé est à mettre en rapport à une base faible l'an passée, provoquée par l’application du cycle WLTP. Cette croissance s'avère toutefois bien supérieure à nombre de jours ouvrés comparable, soit + 11,3 %, sachant que le mois de novembre 2018 comportait deux jours ouvrés supplémentaires par rapport à novembre 2019,  (21 jours contre 19). Cette augmentation de 0,65 % à données brutes correspond à 172 735 immatriculations de VP neufs. Depuis le début de l'année, le marché a enregistré un léger recul de 0,25 %, soit une tendance conforme aux prévisions du CCFA.

 

56,2 % : la part de marché des groupes français en novembre 2019. Pas de grosses évolutions ici puisque cette pénétration était quasiment identique un an plus tôt. Le mois dernier, cette part de marché des groupes français était légèrement plus élevée, soit 57,9 %. PSA s'est octroyé une pénétration de 31,55 % en léger recul d’1,5 point par rapport au mois précédent. Chez Renault, elle s’est établie à 24,64 %.

 

-7,04 % : la déconvenue enregistrée par PSA ce mois de novembre 2019. Le groupe a écoulé 54 503 VP neufs, soit environ 4 100 unités de moins qu’à la même période de l’année précédente, qui, pourtant, n’avait déjà pas été très porteuse. Seule DS a pu se targuer d’avoir vu ses immatriculations croître, de 2,08 % à 2 011 unités. Une croissance permise par les ventes additionnelles de son DS3 Crossback (976 unités), qui ont compensé le fort recul de son grand frère le DS7 Crossback (944 unités soit -29 %). Grise mine pour les autres marques du groupe, à commencer par Opel qui plonge littéralement de 37,65 % à 3 801 unités, mais aussi de Peugeot, avec près de -4 % et un peu plus de 31 500 unités. Seuls quelques uns des modèles de la marque au lion ont enregistré une hausse de leurs immatriculations, dont le Rifter, la 508 II, sans oublier la 208 deuxième génération avec près de 6 500 unités écoulées. Enfin, Citroën a connu un recul de 3,17 %, soit un peu moins de 17 200 unités, avec des C3 et C3 Aircross en recul.

 

+11,53 % : la forte augmentation de Renault en novembre 2019. A l’inverse de son concurrent, Renault a été dans le vert ce mois-ci avec plus de 42 500 VP écoulés contre 38 163 en novembre 2018. La marque au losange a largement contribué à cette belle performance avec une progression de 27 % et un beau volume de près de 9 000 unités procuré par sa Clio V tandis que le Captur, ancienne et nouvelle génération, se porte bien. Cette hausse du côté de Renault est venue compenser le recul de Dacia, de 21 %, tandis qu’Alpine, avec ses 175 unités, a signé une augmentation de 53 %. La différence entre les deux groupes n'est pas particulièrement due aux ventes tactiques, Renault n'en ayant pas inhabituellement abusé en novembre 2019. Au sein du groupe, ces immatriculations ont pesé un peu plus de 30 % du total, et un peu plus d'un quart chez PSA.

 

-76,19 % : la pire performance enregistrée parmi les plus grandes marques du marché français. Il s’agit de Smart dont les volumes se sont limités à 170 unités contre 714 en novembre 2018, à cause de deux modèles en déperdition. Tandis que les volumes de la Fortwo ont reculé de 76 % à 130 unités, ceux de la Forfour ont chuté de 78 % à 40 exemplaires. La marque est clairement à l’agonie sur ce marché français, avec des diminutions sur tous les canaux, surtout sur celui des particuliers. A noter également les déconvenues sur ce mois de Suzuki, à -38,2 % et 1 464 unités,  Opel à -37,65 % ou encore Mini à -24,6 % et moins de 2 000 unités.

 

+642,1 % : la meilleure performance en novembre 2019, à attribuer à Porsche. Il faut dire que la marque traversait un moment très creux il y a un an en arrière. Le volume d’immatriculations à atteint 616 unités en novembre 2019, avec une explication principale à cette belle performance : la livraison des Cayenne hybrides. A noter en autres bonnes performances, celles de Nissan avec +40,1 %, qui, tout comme Porsche partait d’un point très bas mais a aussi pu compter sur ses offres promotionnelles agressives sur son Qashqai restylé. Land Rover sort également un peu la tête de l’eau grâce à son Evoque, immatriculé à 299 unités. La marque a ainsi vu son volume global croître de 36 % à 657 unités.

 

8 962 : le volume du véhicule le plus vendus en novembre 2019. Il s’agit de la Clio cinquième génération, sur la première marche du podium, loin devant la 208 deuxième génération, à 6 487 unité,  puis le 3008 deuxième génération également, à 6 263 exemplaires. La quatrième marche du podium est réservée à la C3 troisième génération, avec 5 901 unités, tandis que le top 5 est complété par Captur première génération à 4 706 unités.

 

-15,9 % : le recul du canal des particuliers. Avec 73 505 immatriculations, ce canal a représenté seulement 42,55 % du volume global en novembre 2019, une part toujours plus faible, de mois en mois, par rapport à l’année précédente. Fort heureusement, l’autre canal sain, celui des professionnels, a rattrapé cette mauvaise performance. Tandis que les immatriculations se sont accrues de près de 11,2 % du coté des sociétés et administrations à 25 306 unités, celles des loueurs longue durée ont augmenté de 21,4 % à plus de 22 384 unités. Au global, les professionnels ont pesé pour 27,6 % du volume total.

 

34,19 % : la part du diesel dans les immatriculations totales. 59 000 VP neufs diesel ont été écoulés, un volume en diminution limitée de 2,7. %. Les immatriculations en essence ont légèrement progressé de 0,8 %, 97 350 unités, un volume qui a représenté 56,36 % du global. Les modèles hybrides ont vu leurs immatriculations grimper de 11,2 % soit 11 694 unités et une part de marché de 6,77 %. Les électriques sont en revanche tombés sous la barre des 2 %, soit 1,85 % précisément, avec 3 201 exemplaires, un volume en recul de près de 10 %. Au global, les véhicules à motorisation alternative, dont les GPL, GNV, Flexfuel, ont représenté 16 323 unités soit 9,44 % du global.

 

-6 % : le recul du marché des VUL de moins 3,5 tonnes en novembre 2019, en données brutes soit un peu plus de 37 000 unités. Les deux marques principales ont connu des fortunes diverses sur ce marché, soit un plongeon de 12 % pour Renault à moins de 12 000 unités, et +3 % à 6 900 pour Peugeot.

 

Note : les volumes et évolutions sont en données brutes, sauf précision contraire. 

 

Retrouvez toutes les immatriculations VN, VO par marque et modèle en novembre 2019 ici

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vers une révision en 2021 des objectifs européens de CO2 des constructeurs

La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von Der Leyen, a présenté son Pacte vert contenant des mesures en faveur de la neutralité climatique de l'Europe à l'horizon 2050. Et l’automobile

Le conseil d'administration de Renault choisit Luca de Meo

Le constructeur français souhaite que Luca de Meo, actuel patron de Seat, soit son futur directeur général. Le conseil d'administration, réuni le 10 décembre 2019, s'est prononcé en ce sens.

Gérard Detourbet nous a quittés

Gérard Detourbet, considéré comme le père de la gamme low cost du groupe Renault avec les modèles Logan, Sandero, Duster ou Kwid, est décédé à l'âge de 73 ans. La nouvelle a été annoncée,

Paul Kroely inaugure son site Mercedes de Metz

Le groupe originaire d'Alsace-Lorraine a inauguré, le 5 décembre 2019, son nouveau site Mercedes de Metz (57). Véritable fleuron du groupe dirigé par Paul Kroely, il devient la référence du programme

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page