Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

68 % des fermetures résultent d'un manque de clients ou de pièces détachées.

Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

D'après la FNA, 67 % des entreprises ont été contraintes de stopper leur activité et les trois quarts de leurs salariés ont été placés en chômage partiel. Le CNPA déplore quant à lui le manque de considération des pouvoirs publics.

 

La France "célèbrera" demain sa première semaine de confinement. Dans ce contexte, l'activité économique s'en trouve logiquement et lourdement impactée. Le secteur automobile, et notamment ses plus petites structures, paie lui aussi chèrement ce ralentissement général. La Fédération nationale de l'artisanat automobile présente un premier bilan de la situation. 1 090 professionnels ont accepté de répondre à une enquête permettant de prendre la mesure de cette situation sur le terrain.

 

Premier constat, cette crise sanitaire a contraint 67 % des entreprises, pourtant autorisées à ouvrir, à fermer totalement leurs portes. "68 % de ces fermetures résultent d'une quasi-absence de clients ou pour non-disponibilité des pièces de rechange nécessaires à la réparation", précise la Fédération. Par ailleurs, les 33 % d'entreprises restantes maintiennent une activité totale ou partielle "même si leur chiffre d'affaires a fondu". En moyenne, le secteur a subi un perte de CA de 80 %. Un chiffre qui se corrèle avec l'analyse du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA).

 

Une gestion sanitaire a minima

 

Métier par métier, on note que 42 % de la réparation automobile a maintenu son activité, dont 20 % ne tient qu'un service d'urgence sous forme d'astreinte, et autant dans le monde de la carrosserie. Du côté du dépannage-remorquage, seulement 31 % des affaires sont encore ouvertes partiellement et 37 % assurent seulement un service d'urgence. Enfin, toujours d'après le relevé de la FNA, seulement 12,5 % des centres de contrôle technique sont encore partiellement opérationnels.

 

Au sein des entreprises ayant pu maintenir leur activité, seulement 34 % des chefs d’entreprise indiquent pouvoir mettre à disposition du personnel du gel hydroalcoolique et 26 % des gants de protection. "L'immense majorité de ces entreprises ne dispose pas de stocks suffisants de masques de protection", complète le CNPA qui note par ailleurs que certains gérants "craignent d’engager leur responsabilité pénale à l’égard de leurs salariés et clients en cas de reprise du travail".

 

Le CNPA déplore l'absence de protocole d'interventions

 

Le syndicat des professions de l'automobile juge indispensable la réalisation "en urgence" d'un protocole d'interventions au travers d'un guide pratique adapté aux services de l'automobile considérés comme "essentiels", à l'instar du bâtiment et des travaux publics. "A ce stade, nous n'avons pas été intégrés à ce processus d'élaboration, en dépit du fait que nos entreprises sont également concernées par l'autorisation d'ouverture", déplore le CNPA qui se dit prêt à réaliser un guide pratique.

 

Autre enseignement, les chefs d'entreprise ont eu largement recours au chômage partiel. 74 % des salariés sont ainsi concernés par ce choix. Reste la question de l'indemnisation de cette mesure, cruciale et que tous les acteurs espèrent entrevoir rapidement après les promesses de l'Etat. D'un point de vue administratif plus global, 68 % du panel indique avoir connaissance du plan de soutien mis en place par les pouvoirs publics mais seulement la moitié sait où trouver l'information qui les concerne. 70 % des répondant déclarent avoir besoin de soutien.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Thibaud Carissimo, Briocar et Bodemer :

Thibaud Carissimo, ancien directeur des opérations de Briocar et désormais directeur général adjoint de BodemerAuto, pose son regard sur les conséquences de la crise du coronavirus dans la distribution

Des rendez-vous commerciaux virtuels pour les distributeurs FCA

Pour garder le contact avec ses clients, FCA déploie dans ses réseaux européens, notamment français, le programme Distributeur Virtuel. L’idée : organiser des rendez-vous commerciaux via la vidéoconférence.

La PFA définit un pacte de solidarité pour la filière automobile

Jouer collectif pour résister à la crise. C'est le sens du pacte de solidarité et de bonnes pratiques défini par la filière, emmenée par la Plateforme de l'Automobile. Objectif : préparer tous ensemble

Les dix points marquants du marché automobile en mars 2020 : l'effondrement

Mars 2020 devait être le mois où les immatriculations de VP neufs devaient se ressaisir, après un début d'année compliqué par la fiscalité. Or, il n'est finalement rien d'autre que le mois de la désolation.

Comment les concessionnaires peuvent-ils amorcer la reprise ?

Une étude menée en Italie donne quelques éléments de compréhension sur le comportement des acheteurs en cette période inédite. Une extrapolation pourrait aider les distributeurs français à préparer

Pas de Mondial de l'Auto à la porte de Versailles en 2020

Le Mondial de l'Auto, prévu du 29 septembre au 11 octobre 2020 à la porte de Versailles à Paris, n'aura pas lieu. Seuls les événements Movin'On, Smart City et les manifestations dans Paris sont, pour

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page