Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Renault accélère sur l'industrie 4.0 avec Google

D'ici fin 2021, 70 % des machines et robots des 22 usines de Renault seront connectés.

Renault accélère sur l'industrie 4.0 avec Google

Déjà engagé dans la digitalisation de ses sites de production depuis 2016, Renault franchit un nouveau cap avec l'arrivée de Google dans son organisation. Le programme du français, baptisé Industrie 4.0, va ainsi prendre plus de corps.

 

Le géant du numérique américain Google va travailler avec Renault afin d'optimiser le fonctionnement de ses chaines de fabrication dans ses 22 usines. Renault va s'appuyer sur les ressources informatiques de Google Cloud pour exploiter les nombreuses données fournies par les capteurs de ses machines et robots, ont expliqué les deux partenaires, qui évoquent un accord de "partenariat" et n'ont donné aucune indication sur d'éventuels aspects financiers.

 

"Une ligne de peinture consomme beaucoup d'énergie en chauffage, ventilation, hygrométrie, avec énormément de paramètres en jeu", a expliqué Eric Marchiol, directeur industrie 4.0 chez Renault. En comparant et en analysant ces données "dans l'ensemble de nos installations" de Renault grâce notamment aux outils d'intelligence artificielle, "nous espérons économiser 10, 20 ou 30 % de la consommation d'énergie", a-t-il indiqué. Les outils de Google Cloud analyseront aussi les données des robots de soudure, des centres d'usinage... Google aidera par ailleurs Renault à former plus de 40 000 salariés à l'exploitation de la donnée industrielle. Renault espère qu'environ 70 % de ses machines seront connectées -et donc capables de remonter automatiquement des données- d'ici la fin 2021, a indiqué Eric Marchiol.

 

Orfèvre dans l'art de faire parler les données personnelles, à des fins de ciblage publicitaire par exemple, Google est encore peu présent dans le monde industriel, même si Google Cloud a déjà signé des accords avec des groupes comme Whirlpool, Veolia, Airbus, Kia Motors, Philips ou Siemens et Toyota.

 

Avec ce nouvel accord, "Google vient se confronter à une réalité métier", pour "développer des services nouveaux" et "trouver des innovations autour du monde de l'industrie", a indiqué François Lavernos, directeur des systèmes d'information industrie du constructeur automobile. Par ailleurs, le groupe américain va pouvoir "récupérer un certain nombre de savoir-faire" de Renault en ce qui concerne la "normalisation de la donnée industrielle", que le groupe automobile pratique "depuis des années", a-t-il expliqué.

 

Alors que la sécurité des données confiées aux grands opérateurs cloud américains fait parfois débat, du fait de la législation américaine, les deux responsables de Renault ont écarté tout risque de ce côté. "La donnée reste propriétaire de Renault, uniquement accessible par Renault, est sécurisée par les logiques "d'encryption" (chiffrement) fournies par Google, et reste localisée en Europe de l'Ouest", a assuré François Lavernos. Par ailleurs, "toute une partie de l'architecture" de traitement des données industrielles reste dans les usines et ne repose pas sur le "cloud" de Google, a-t-il dit. (avec AFP)

Copyright photo : Jean-Brice LEMAL/Planimonteur

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé

Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page