Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Hyundai i20 : nouveau départ

A fin septembre 2020, Hyundai France a immatriculé 4 828 i20 (-24,6 %)

Hyundai i20 : nouveau départ

Totalement renouvelée, la Hyundai i20 revient dans la course. A l'hybridation légère 48V, elle ajoute plus de personnalité et un équipement sans faille. De quoi améliorer ses positions en attendant le renfort d'un nouveau modèle sur ce segment B.

 

Rarement dans l'histoire de Hyundai, une année aura été aussi riche en nouveautés. Après la toute nouvelle citadine i10, le facelift du Kona et la production de sa variante électrique en République tchèque, le constructeur coréen va encore tirer un feu d'artifice d'ici la fin de l'année. Depuis septembre, la toute nouvelle i20 est dans les concessions, préparant le terrain aux i30 et Santa Fe faceliftés, avant que n'arrive une nouvelle génération du Tucson.

 

Cerise sur le gâteau, Hyundai va dévoiler, avant la fin de l'année, le premier modèle Ioniq, sa marque dédiée à l'électrique. Ce sera un SUV que préfigurait le Concept 45 aperçu au salon de Francfort en 2019. Commercialement, cette richesse sera un atout dans les mois à venir, mais a également permis à Hyundai France de limiter la casse jusqu'ici. En effet, sur un marché VP affichant une baisse de 28,9 % à fin septembre, la marque ne recule que de 11,2 % et atteint ainsi une part de marché de 2,2 % avec 25 818 immatriculations. L'arrivée de l'i20 cuvée 2020 va permettre d'entretenir cette performance.

 

Une riche dotation

 

Toujours fabriquée à Izmit, en Turquie, cette troisième génération de la citadine repose sur une nouvelle plateforme et se convertit à l'hybridation légère avec un système 48V. Bien qu'un 4 cylindres classique (1.2l de 84 ch) reste au catalogue, la grande majorité des 8 000 à 10 000 ventes annuelles du modèle seront réalisées avec le trois cylindres 1.0 T-GDi 100 hybrid 48V. L'électrification de ce petit bloc lui permet d'être plus efficace avec, en boîte mécanique, une consommation moyenne annoncée comprise entre 5 et 5,4 litres aux 100 km, soit des émissions allant de 113 à 123 g/km. Avec la boîte DCT à double embrayage ces valeurs grippent légèrement, de 5,1 à 5,6 l et de 115 à 128 g/km.

 

L'agrément est au rendez-vous et peut offrir des sensations différentes grâce à trois modes de conduite (Eco, Confort, Sport) qui prennent également vie sur l'instrumentation centrale totalement numérique. Parmi les autres atouts de cette nouvelle i20, il y a le style, plus fort, mais surtout l'habitacle et la dotation en équipements qui seront des arguments de poids. Du régulateur de vitesse adaptatif au freinage d'urgence en passant par la surveillance de l'environnement immédiat, la liste des Adas n'a rien à envier à un segment supérieur. La connectivité n'est pas en reste et se trouve centralisée sur un large écran de 10,25 pouces en haut de la console centrale.

 

En attendant un B-SUV

 

Ainsi armée, la nouvelle i20 aura toujours pour principale mission de séduire les particuliers. Cela étant, Hyundai France veut toutefois améliorer sa performance en B-to-B en passant de 6 % aujourd'hui à 8 % des ventes. Le Tucson reste LE modèle B-to-B de la marque avec 40 % des ventes sur ce canal, mais la donne évolue toutefois avec l'électrification du marché. Jusqu'ici cantonné aux professions libérales ou petites sociétés, Hyundai, grâce à ses produits électriques, commence à percer dans des flottes plus importantes.

 

Ainsi, le Kona électrique et les modèles à hydrogène ont ouvert des portes qui permettent de considérer le reste de la gamme, même si Hyundai est conscient de ne pas pouvoir suivre les conditions de certains constructeurs, notamment sur le segment B. Une nouvelle offre sur ce segment, un petit SUV attendue pour 2021, devrait toutefois permettre d'améliorer les choses. Plus globalement, la montée en puissance électrique de Hyundai devrait l'aider à viser plus haut que les 16 % actuels dans la sphère professionnelle.

 

 

Copyright photo : Ugo Missana

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Volkswagen manque son objectif CO2 de 0,5 g

Malgré des ventes de modèles électrifiés multipliées par plus de quatre, le groupe Volkswagen n'a pas atteint son objectif CO2 en 2020. Il rate, avec le pool qu'il avait constitué, la cible de 0,5 g en affichant

Volvo France vise 20 000 livraisons en 2021

Porté par ses modèles hybrides rechargeables, Volvo Car France veut renouer avec la croissance en 2021. Il vise 20 000 livraisons, dont 55 % de PHEV. L'année sera aussi synonyme d'un engagement encore

Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page