Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Toyota Yaris Cross, objectif 30 000 ventes par an

Avec la Yaris Cross, Toyota arrive enfin sur le segment B-SUV.

Toyota Yaris Cross, objectif 30 000 ventes par an

Avec son tout premier SUV du segment B, la Yaris Cross, Toyota ambitionne un volume annuel de 30 000 immatriculations en France. Ses principaux arguments : des motorisations hybrides, une offre 4x2 et 4x4, une fabrication française et un style plutôt séduisant.

 

Il aura fallu patienter près d’un an entre la révélation en ligne, le 23 avril 2020, et la première sortie officielle, organisée cette semaine par Toyota France. Le moins que l’on puisse dire est que la Yaris Cross s’est fait attendre. Et encore, elle n’est pas prête à prendre la route puisque l’entrée en production débutera en juillet 2021, dans l’usine française d’Onnaing (59), pour des livraisons à compter de septembre. Seront servis en priorité les 700 premiers clients qui auront préréservé leur exemplaire en ligne, ce qu’il est possible de faire depuis ce vendredi 2 avril, moyennant un acompte de 100 euros.

 

Toyota arrivera pour ainsi dire parmi les derniers sur le segment B-SUV, mais avec une proposition relativement singulière. Outre le label "Made in France", que la Yaris Cross est la seule à pouvoir revendiquer, le catalogue se composera d’une seule motorisation, évidemment hybride, la signature de Toyota. Il s’agit du 1,5 l de 116 ch, le même que celui animant la Yaris, la garantie d’une homologation particulièrement intéressante.

 

En version deux roues motrices, la Yaris Cross devrait émarger à 102 g/km de CO2. La précision est d’importance puisqu’une version dotée d’une transmission intégrale AWD-i sera également au menu (jusqu’à 70 km/h), avec le même moteur hybride, pour une copie CO2 presque aussi flatteuse de 107 g/km. Il s’agira d’une option facturée 2 000 euros à partir du second niveau de finition Dynamic Business, et même d’un équipement de série sur le haut de gamme.

 

Nouveaux services connectés

 

La Yaris Cross mise ensuite sur un design très européen, à l’instar de la Yaris, du RAV4 ou de la gamme Corolla. Elle reprend d’ailleurs certains traits de son grand-frère, le RAV4, comme les passages de roues, tout en s’offrant une vraie personnalité. L’ensemble est plutôt plaisant à regarder même si le choix de la couleur de lancement, Or Pur, est discutable. En termes de gabarit, le SUV pointe à 4,18 mètres de long pour un empattement de 2,56 mètres. Il fait ainsi le lien entre une Yaris à 3,94 mètres et un C-HR à 4,39 mètres de long. Surtout, il offre une bonne habitabilité aux places arrière ainsi qu’un bon volume de coffre de 397 litres en version 4x2 et de 327 litres en 4x4.

 

Toyota a par ailleurs misé sur la praticité et la modularité avec une banquette rabattable en 40/20/40, un plancher de coffre malin à double fond et la possibilité d’opter pour un hayon électrique avec ouverture facile du pied. A cela s’ajoute un niveau d’équipement dans la norme du segment. La Yaris Cross ne fait évidemment pas l’impasse sur les aides à la conduite et la connectivité avec la nouvelle génération du système Toyota Smart Connect s’appuyant sur un écran de 9 pouces et sur des services de pointe. Il sera par exemple de payer son stationnement ou son plein de carburant directement depuis le véhicule, des partenariats ayant été noués en sens avec PaybyPhone et Avia, en attendant d’autres signatures. Il suffira pour cela d’avoir enregistré une carte bancaire dans le système embarqué. A bord, la présentation est relativement sobre même si la majorité des surfaces sont des plastiques durs, là où certains concurrents ont opté pour des revêtements plus qualitatifs.

 

A partir de 25 000 euros

 

La Yaris Cross sera proposée à partir de 25 000 euros en finition Dynamic, contre 34 000 euros pour la finition de lancement Première. Entre les deux, une finition Dynamic Business dédiée aux professionnels et trois niveaux supplémentaire (Design, Trail et Collection) complèteront le catalogue. Sans oublier la Yaris Cross Adventure qui recevra des éléments de design spécifiques.

 

Toyota se montre très confiant quant au succès de sa nouvelle proposition avec un objectif de 30 000 ventes annuelles en France, dont un tiers à professionnels, et une part de marché sur le segment B-SUV supérieure à 7 %. Un sacré challenge vu le poids des représentants français (Renault Captur, Peugeot 2008, Citroën C3 Aircross, Dacia Duster) et de quelques importés comme le Ford Puma. La Yaris Cross est appelée à devenir le deuxième modèle le plus vendu par Toyota en France après la Yaris.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Carlos Tavares dévoile la nouvelle stratégie d'électrification pour Stellantis

Le directeur général de Stellantis, Carlos Tavares, a dévoilé une partie de la stratégie d'électrification du groupe. En 2025, 38 % des ventes seront électrifiées grâce à 4 nouvelles plateformes

Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page