Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Fiat 500e : une troisième vie

La Fiat 500 électrique accepte la charge rapide en 85 kW.

Fiat 500e : une troisième vie

Indiscutable succès depuis son retour en 2007, la Fiat 500 se convertit aujourd’hui à l’électrique. Forte d’une autonomie pouvant atteindre 320 km et de tarifs finalement assez compétitifs, cette troisième génération de l’icône italienne veut bouleverser l’ordre établi.

 

La troisième génération de la Fiat 500 ne sera qu’électrique. En effet, après celles de 1957 et 2007, aujourd’hui convertie à l’hybri­dation légère, l’icône italienne commence une troisième vie entièrement dédiée à l’électricité. La deuxième génération, déjà vendue à plus de 2,5 millions d’unités (et plus de 6,7 millions toutes générations confondues), reste au catalogue encore deux à trois années avant de disparaître et de laisser son outil de production, en Po­logne, à des modèles Jeep et Alfa Romeo.

 

Mais revenons à la 500E qui renoue donc avec une fabrication italienne. Premier véhicule électrique de l’ex‑groupe FCA, mis à part quelques milliers de 500 élec­triques vendues aux États‑Unis en 2012, la citadine est entièrement nouvelle, même si elle conserve un style sans ambi­guïté sur sa filiation. Elle dispose toujours de ses déclinaisons : 3 portes et décou­vrable, mais y ajoute la 3 + 1.

 

Une gamme très large

 

Véritable cas d’école, la 500 est devenue le pilier de Fiat, avec une moyenne proche de 180 000 ventes par an. Elle a même connu sa meilleure année en 2018 avec 193 000 unités. En France, les immatricu­lations ont presque toujours dépassé les 20 000 exemplaires, avec un pic à 29 452 en 2017. Mais le marché, et notamment le segment A, est en pleine évolution et l’italienne devait se réinventer. Le futur sera donc électrique, avec deux propo­sitions. L’entrée de gamme, baptisée Ac­tion, dispose d’une batterie de 23,8 kWh (190 km d’autonomie en WLTP mixte) et d’un moteur électrique de 70 kW (95 ch). Mais la très grande majorité des ventes sera à mettre au crédit des niveaux suivants (Passion, Icône, Icône Plus et La Prima) qui cachent une batterie de 42 kWh et une mécanique de 87 kW (118 ch).

 

Une com­binaison offrant une endurance de 320 km selon le cycle WLTP mixte et pouvant même grimper à 460 km exclusivement en ville. Avec ses 320 km théoriques, la 500E en propose autant que des modèles du segment B (e‑208, 340 km) et bien plus que certaines concurrentes du segment A (Mini, 235 km). En termes de tarifs, la nouvelle 500 ratisse également large, de la Twingo à la Mini, en passant par la Zoe ou la Corsa‑e, avec sa gamme débutant à 24 500 euros et culminant à 37 900 euros.

 

La surprise 3 + 1

 

Comme sur tous les véhicules élec­triques, les 220 Nm de couple sont disponibles immédiatement et offrent un vrai dynamisme avec le cap des 50 km/h franchi en 3,1 s. Pour la barre des 100 km/h, elle demande 9 s. Malgré ses 290 kg, la batterie de 42 kWh placée dans le plancher ne vient pas perturber l’agrément et les sensations de conduite, qui peuvent d’ailleurs s’articuler autour de 3 modes. Les "Normal" et "Range" sont très proches, le dernier privilé­giant la régénération au levé de pied. En revanche, le mode "Sherpa" joue clairement le jeu de l’autonomie en ré­duisant la puissance du moteur à 57 kW (77 ch) et la vitesse maximale à 80 km/h.

 

Quant à la liste des équipements, elle est complète allant jusqu’à la conduite autonome de niveau 2. La connectivité est au diapason avec le nouveau système Uconnect 5. Cette 500 troisième du nom ne manque donc pas d’atouts et les 5 000 commandes déjà enregistrées par Fiat France le laissent penser. Le best‑sel­ler de la gamme devrait être la finition Icône, affichée de 29 500 à 31 500 euros selon la carrosserie choisie. Le mix de­vrait d’ailleurs être globalement dominé par la berline 3 portes avec 70 % des ventes, suivie de la découvrable avec 20 % et 10 % pour la 3 + 1. Mais cette alternative aux 5 portes traditionnelles pourrait créer la surprise.

 

 


 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Robert Breschkow, Seat : Nous progressons deux fois plus vite que le marché

Depuis le début de l'année 2021, Seat surperforme avec une progression deux fois supérieure à celle du marché. Rencontre avec Robert Breschkow, le directeur de Seat France, à l’occasion du restylage

La vérité sur les marges de la distribution automobile

Le CNPA vient de réaliser une étude sur les coûts de la distribution en France. Loin des 30 % évoqués par certains constructeurs, cette analyse montre que la marge réalisée en moyenne par les réseaux

La Commission européenne signe la fin des moteurs thermiques en 2035

Bruxelles a publié son Pacte vert dans lequel la Commission européenne signe l'arrêt de la vente de véhicules à moteur thermique. Ce projet exclut donc les motorisations hybrides et hybrides rechargeables,

Hervé Miralles, Emil Frey France : Le modèle économique des groupes de distribution doit évoluer

La stratégie initiée par le groupe lui a permis d’amortir le choc subi par le secteur. Mais les règlementations dans l’industrie et la distribution obligent les distributeurs à revoir leur modèle.

Opel et son réseau en phase avec le plan de transformation de la marque

Retrouver la confiance du réseau et renouer avec la croissance, la mission confiée à Igor Dumas, nouveau directeur général d’Opel en France, n’est pas simple. Il confie au Journal de l'Automobile

Thomas Dubruel, Dacia :

Pour la deuxième fois en 2021, la Dacia Sandero a été la voiture la plus vendue dans l'Hexagone le mois dernier, devant la concurrence historique. A l’occasion de ces très bons résultats, rencontre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page